une histoire, la fin

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

une histoire, la finEst arrivé le temps de l’université. Je prenais un peu plus d’indépendance, dans ma chambre universitaire, le soir je bossais mes cours, sans oublier quelques branlettes en pensant à des mecs. J’ai commencé à me doigter le trou, d’abord avec un doigt, puis un deuxième en les mouillants avec ma salive. Je les faisais tourner, les enfonçant de plus en plus profond. Lorsque je sentais l’éjaculation poindre, je massais ma prostate ce qui augmentait la puissance du jet de sperme. Une fois, le jet était tellement puissant, qu’il atteint mon visage. De ma langue, j’ai essuyé ce qui avait touché ma bouche. J’ai trouvé ce goût un peu âpre, légèrement salé. A chaque fois que je me masturbais, je prenais un peu plus de plaisir à manger mon sperme. Je le trouvais même bon. N’étant pas assez souple pour m’auto sucer, j’ai décidé un soir de me mettre sur le dos, les jambes bien relevées le long du mur, mon sexe juste au dessus de ma bouche pour avaler toute le sperme que j’éjaculerai. J’étais ravi de pouvoir avaler une grande quantité de sperme.Nous étions nombreux dans les amphithéâtres, difficile de se faire de nouveaux copains. Un étudiant m’accosta. C’était un gars presque roux, un corps mince, d’allure élégante. Nous avons fait connaissance devant un café. Nous suivions le même cursus. Il m’apprit qu’il n’avait pas obtenu de chambre en cité, il avait un petit appartement en ville. Pour apprivoiser ce nouvel environnement, nous restions souvent ensembles en cours. Nous allions à la bibliothèque pour travailler, soit nous nous séparions sur le campus. Nous avons appris à nous connaître. Je le trouvais sympathique et très ouvert. Nous aimions passer du temps ensembles. A chaque jour qui passait, je le détaillais, découvrant quelques poils débordants de son t-shirt, ou bien lorsqu’il levait un bras, je regardais ses aisselles poilues. Mon fantasme revenait à la surface en imaginant ce que cachaient ses vêtements.Plus le temps passait, plus il se découvrait. J’appris qu’il s’appelait Eric, qu’il avait 20 ans. Sa famille était assez aisée. Il était le deuxième d’une fratrie de quatre. Son frère était l’aîné de deux ans, ses deux sœurs plus jeunes. Plusieurs semaines après notre rencontre, un jour à la bibliothèque, je sentis son genou toucher le mien. Je me dégageais un peu. Il revint à la charge et cette fois, je ne bougeais pas. Son genou restait bien collé au mien. Il n’y avait plus de doute, c’était un appel . Seul dans ma petite chambre, j’imaginais comment pouvait être sa bite (toujours mes fantasmes). Etait-il rasé, circoncis, de grosses boules, une petite ou grosse queue, longue, épaisse. Le lendemain, je me suis réveillé avec une gaule d’enfer qu’il a fallu que je calme en me branlant sous la douche en pensant à mon nouveau copain.Il était 17 heures, à la fin des cours, il me proposa de venir prendre l’apéro chez lui ce soir. J’arrive à sa porte à 19 heures 30 avec une bouteille à la main. Je sonne, il vient m’ouvrir. Dans le salon, un étudiant était installé sur le canapé. Il me présenta Samuel. Un beau noir, grand, élancé, sûrement un sportif. Le blanc des ses grands yeux en amande et ses dents bien alignées illuminaient son visage.Sur la table basse, déjà deux bouteilles d’alcool et du grignotage. Nous avons commencé doucement à goûter la première bouteille. Un alcool doux mais certainement fort. De petits verres en petits verres, bien que nous grignotions, Eric a commencé à raconter comment il a découvert sa sexualité.Il adorait jouer avec la mousse dans le bain avec son frère. Lorsqu’ils se savonnaient, qu’il fallait se décalotter, cela les faisait rire de bander. J’ai vu au fil des mois le sexe de mon frère grandir, les boules qui commençaient à pendre et ses premiers poils. Lorsqu’il se décalottait, j’étais ébahi par la couleur son gland rouge vif. L’année de mes 13 ans, nous ne prenions plus de bain ensembles, mais nous dormions toujours dans la même chambre. Je pouvais toujours voir son sexe changer lorsqu’il se mettait en pyjama. Un soir, il s’approcha de moi, alors qu’il n’avait pas remis son pantalon de pyjama, prit ma main, la posa sur son sexe pour que je l’entoure. Je ne me dérobais pas. Il la fit coulisser pour que je le décalotte. Je sentais sa verge grossir. Une fois le rythme prit, il lâcha ma main. Je continuais à le branler pendant qu’il enlevait sa veste. C’est complètement nu que je branlais mon frère à quelques centimètres de moi. Ses poils avaient pris de l’ampleur, ses testicules plus lourds. Il prit ma main libre pour que je lui caresse les testicules. Je devais bien m’y prendre pour qu’il me laisse faire. Soudain, il se retira brusquement pour éjaculer dans sa main. Je voyais ce liquide blanc et visqueux pour la première fois.A plusieurs reprises la scène se reproduisit, je ne disais jamais non. Une fois, il repoussa ma couette, constat la bosse sur mon pantalon de pyjama. Je n’ai rien dit lorsqu’il l’a fait glisser sur mes cuisses découvrant mon sexe raide, que j’avais arrêté de tripoter. Il retira complètement la couette. Je ne bougeais quand il finit de me déshabiller. Allongé sur le dos entièrement nu, il caressa mon torse, mon ventre, saisit mon sexe, le décalotta doucement. Je voyais que cela l’existait, ses boules étaient remontées au maximum. Je trouvais du plaisir lorsqu’il m’écarta les jambes pour palper mes petites boules vierges de tout poil.J’étais tétanisé lorsqu’il me suça mon petit sucre d’orge. Il mit sa main sur ma bouche lorsque je gémissais trop fort. Soudain je sentis comme une envie d’uriner. Je lui dis :-j’ai envie de pisser !Il se retira précipitamment pour que je pense faire pipi sur mon ventre. Ce fut ma première éjaculation.Une nuit, je fus réveillé par les gémissements de mon frère. Je le surpris allongé sur son lit, pantalon de pyjama baissé en train de se masturber. Je fis semblant de continuer à dormir, mais ne perdis pas une seconde du spectacle de voir sa queue raide, et ce mouvement de va et vient qui à chaque fois le décalottait au maximum. Soudain, mon frère se crispa, mit sa main près de son gland d’où jaillit son sperme. Il se leva, retira son pantalon de pyjama sortit de la chambre. Quand il revint, il ne bandait plus, son sexe reposant sur ses boules.Samuel raconta à son tour, comment, à l’âge de 15 ans, dans son pays, il accompagnait son oncle de 20 ans son aîné, faire paître le troupeau de chèvres près de la rivière. La chaleur étant, il me demanda de surveiller les chèvres pendant qu’il allait se tremper. Sans gêne, il l’enleva ses vêtements. Je vis son grand sexe qui pendait sur ses boules toutes aussi lourdes. Ses fesses étaient musclées. Après quelques brasses dans l’eau fraîche, il ressortit pour s’allonger sur l’herbe. Il me dit d’y aller à mon tour pendant qu’il surveillerait le troupeau occupé à brouter. Voyant que je gardais mon short, il me dit qu’ici il n’y avait personne, que je pouvais me mettre nu. Je craignais qu’il se moque de moi en comparant notre anatomie.-vas-y n’aies pas peur !Face à la rivière, j’ôtais mon short pour rentrer dans l’eau. En regardant la berge, je vis mon oncle se masturber. Son sexe avait tant grandi qu’une seule main ne suffisait pas. Cette vision fit que je me mis à bander dans l’eau. J’attendis qu’il ait fini pour sortir en cachant mon sexe en érection avec mon short. En me rapprochant, je vis que son sexe était redescendu mais toujours aussi long. Il me dit :-tu m’as vu ?-de loin !-j’espère que tu ne diras rien ! De te voir tout nu, cela m’a donné des idées. Tu verras, tu le feras aussi lorsque tu ne pourras pas te retenir.-Je l’ai déjà fait, lui répondis-je ! Tout en m’écoutant, il caressait son sexe qui reprenait de la vigueur. J’étais assis juste à côté, je le voyais grossir, cela devenait impressionnant, il arrivait au dessus du nombril. Lorsqu’il était de nouveau bien raide, il le masturbait de nouveau. A mon tour je bandais sous mon short posé sur mes cuisses. Il me dit :-je parie que tu bandes sous ton short !Sans que j’aie pu réagir, il tira sur mon short, je me retrouvais nu, juste le temps de rabattre mon sexe durcit entre mes jambes.-fais pas ton timide, j’ai vu dans l’eau que tu bandais !-j’ai un peu honte par rapport à toi !-allez, fais voir, je vais te dire si tu dois avoir honte.Il insistât tellement que je le laissais faire lorsqu’il m’écarta les cuisses. Mon sexe jaillit comme un pantin de sa broîte.-tu n’as pas à avoir honte, tu es très bien güvenilir canlı bahis siteleri pourvu, tu verras avec l’âge il va encore grandir. montre moi comment tu te branles !Nous nous sommes branlés en cadence. Je jouis en moins grande quantité, avant lui. Il est vrai, pour lui, c’était la deuxième fois en peu de temps.Je m’arrangeais toujours pour accompagner le troupeau avec lui. Il m’a fait découvrir la joie de se faire sucer et de sucer. C’est un soir sans lune que nous nous sommes retrouvés, qu’il m’a demandé de le prendre. Là aussi ce fut une découverte fantastique de sentir ma bite emprisonnée dans ce fourreau.Il nous fit éclater de rire lorsqu’il nous dit que si il avait un âne il l’appellerait comme son oncle.Pour ne pas être en reste, je leur racontais mes débuts sexuels avec Vincent.Tout en mangeant les pizzas, et l’alcool faisant son effet, en plus de nos récits, je ne doutais pas que certains n’avaient pas leur sexe au repos dans leur caleçon. Eric proposa un jeu :-vous connaissez le jeu des dés ?-Samuel et moi répondions non !-Je vais vous expliquer :Tout d’abord, nous devons porter le même nombre de vêtements, ensuite on lance une paire de dés. Celui qui fait le nombre le plus faible enlève un vêtement, celui qui fait un double peut remettre un vêtement perdu. Le premier à poil qui fait le plus petit nombre a un gage. Chacun notera ses points. Le billet rouge est pour la fin. D’accord pour le jeu ?-ok !Chacun écrivit sur un papier des gages, compta ses vêtements. Samuel dû enlever un pull. Assis en tailleur autour de la petite table dégagée de toute victuailles, sauf les verres et bouteilles a portée de main chacun souhaite voir ce que cache l’autre sous ses vêtements. Eric lance les dés – 7, Samuel – 4, moi 8. Samuel enlève ton t-shirt découvrant un torse musclé sans poil, une peau d’un beau noir mat.Samuel lance les dés – 11, je lance et fais 5, Eric fait double 3. Moins téméraire, j’enlève une chaussette, qui fait la risée de deux autres. Je lance, et fais 1, mon sort est scellé. Je veux enlever l’autre chaussette. Les deux autres ne sont pas d’accord, se jettent sur moi pour m’enlever mon t-shirt. Je dévoile mon torse blanc et imberbe. Je lance de nouveau et fais 9. Ouf ! Je me sens soulagé. Eric, 11 et Samuel 10. Je crie à l’injustice. Avant que je puisse faire quoique ce soit, Samuel m’immobilise les bras pendant qu’Eric enlève mon jeans. Je me retrouve seul en caleçon et une chaussette. Mon cas est presque désespéré, jusqu’à ce qu’Eric perde deux fois de suite et se retrouve dans la même situation, seul Samuel a encore son jeans. Le torse d’Eric est comme je l’avais imaginé. Deux tétons biens dégagés comme une clairière au milieu de sa toison cuivrée.Quelques coups plus tard, je suis le seul en caleçon. Eric lance les dés 3, Samuel 10, moi, 7. Eric qui se tripotait depuis un moment, doit se foutre à poil (tel est pris au jeu qui croyait prendre). Il se lève. Son caleçon est juste à la hauteur de nos yeux, nous qui sommes encore assis. Il le fait glisser tout doucement, découvrant un début de toison bien rousse, puis le pubis, s’arrête pour nous faire languir, fait demi tour pour nous présenter ses fesses qu’il bouge de droite à gauche pour le faire glisser sur ses chevilles. Je trouvais son cul très attirant avec sa raie poilue. En se retournant, apparut, un sexe bien raide, un gland encapuchonné, des boules non rasées pendantes. Nos cris d’admiration le font rire. Je suis sûr que chacun se demande qui fera le premier gage.C’est au tour de Samuel de retirer son caleçon pour nous montrer un sexe non circoncis d’une bonne dimension qui ne renie pas la réputation des blacks, les boules comme distendues. C’est la première fois que je voyais un black, ses poils crépus sur son bas ventre m’excitaient. Seul après avoir fait un double je suis encore en caleçon. Cela ne dura pas longtemps, puisque le tour suivant, j’ai du me mettre à poil, leur montrant mon sexe bien blanc et bien rasé, de taille moyenne.Après de tels préliminaires nos raideurs étaient à la hauteur de nos excitations. Nous avons enlevé la table pour être assis en tailleur sur le tapis, nos cuisses écartées laissent une bonne vision des attributs de chacun. Eric se caresse sans retenue, passant sa main sous ses boules pour aller se titiller la rondelle. J’ai l’impression que la bite de Samuel a doublé de longueur, laissant apparaître un peu de son gland rose bonbon.Je tombe sur le premier gage. C’est inquiet que je vais prendre un petit papier.Je plonge ma main dans le pot, touille , en choisis un. Je me retourne pour le lire à voix haute à mes compères dont les yeux et leur sourire piaffaient d’impatience de savoir.Je déplie doucement le papier pour lire : « sucer Samuel pendant 5 minutes »Sauvé pour cette fois.Samuel s’allonge sur le tapis, les bras derrière la tête, les jambes écartées. J’approche ma bouche vers son énorme sexe droit comme un tuteur. Je commence à dégager un peu de son gland pour le lécher. J’imaginais sucer un tube de réglisse rempli de sucre rose. Trouvant que cela durait trop longtemps, Eric qui avait déclenché le chronomètre dit :-il faut sucer et pas lécher !Ouvrant en grand ma bouche, j’englouti petit à petit ce chibre. Eric m’appuya sur la tête pour l’enfoncer jusqu’à toucher ses poils. J’eus un haut le cœur lorsqu’il toucha ma luette. Je m’appliquais à l’astiquer convenablement. Eric qui ne perdait rien de ma fellation dit :-stop ! c’est terminé.Je me suis retiré, laissant la bite de Samuel brillante de ma salive. -alors il suce bien dit Eric ?-super ! si il avait continué, j’aurai craché.Je m’étais appliqué et trouvé son sexe très agréable à sucer.A son tour, Eric tira un papier sur lequel il lit : « se mettre sur le dos, les jambes en l’air en s’écartant les fesses pour nous montrer sa rondelle ». Eric s’excuta écartant ses fesses pour nous montrer son petit anus rose cerné de fils de cuivre.Une pose boisson avant de reprendre.Malgré d’un double 1, j’avais fait le plus petit score j’ai pu remettre mon caleçon, et faire un gage. J’allais donc tirer mon 2ème gage. Je devais passer une visite médicale avec deux médecins.Je m’allongeais sur la table. Eric et Samuel commencèrent à m’ausculter. Samuel posa sa tête sur mon torse pour écouter mon cœur, pendant que l’autre me palpait le ventre. Il fallait qu’Eric me tâte l’aine, il descendit à mi cuisses mon caleçon, qui dégagea mon sexe qui n’attendait que ça pour surgir. De ses doigts, il tâtait juste à l’entre jambe d’un côté et de l’autre sans oublier le pubis. Ayant finit d’écouter mon cœur, Samuel s’occupa d’enlever entièrement mon caleçon pour m’écarter les jambes et tâter mes testicules. Eric me décalotta à fond pour écarter l’ouverture de mon gland rouge de plaisir. Restait plus qu’à examiner mon anus. Eric souleva mes jambes, tandis que Samuel m’écarta les fesses pour regarder de plus près s’il y avait une anomalie. Je contractais mon sphincter à plusieurs reprises.A la fin de l’auscultation chacun donna son diagnostic. Rien à signaler de particulier dit Eric, joli gland, prépuce souple, facile à manipuler. Samuel rajouta juste que mon petit trou était tout neuf.Samuel ayant fait le plus petit nombre, du rouler une méga pelle à Eric. Je voyais ses dents d’un blanc immaculé (et pas il m’a enculé !) et sa langue rose pénétrer dans la bouche d’Eric pour s’amuser avec l’autre langue s’entourant l’une autour de l’autre comme deux serpents, puis explorer cette bouche gourmande, caressant les dents, s’enfonçant le plus loin possible. J’étais admiratif de ce travail d’expert.Tous les gages étant faits, Eric nous demanda de faire le total de nos points.Eric avait fait le plus petit score, Samuel le plus gros, (normal) moi au milieu.Le dernier papier rouge indiquait que le plus petit total devait de faire sodomiser par le plus important. Samuel devait donc prendre Eric, ce qui m’arrangeait, vu le mandrin d’Eric et ma virginité.Eric s’allongea sur le dos, jambes que je maintenais bien relevées en me mettant derrière, mon matos juste au dessus de sa tête. Samuel enduit sa main de gel pour en tartiner généreusement l’anus d’Eric. J’assistais aux préliminaires avec attention.Il écarta les fesses, pour présenter son sexe à l’entrée de l’anus d’Eric. Il commença à l’enfoncer doucement. Eric grimaça. Samuel pénétra jusqu’à ce que son gland disparaisse. Eric poussa un petit gémissement, puis un ÔÔÔÔ… Samuel se retira. güvenilir illegal bahis siteleri Au second essai, il fit entrer un bon tiers de son sexe. Eric supportait un peu plus ce gros membre qui l’investissait. Samuel ressortit de nouveau, rajouta un peu de gel, pour le troisième essai, il enfonça doucement mais entièrement son membre. Eric, cette fois poussa un cri.Une fois le passage fait, Samuel lima doucement cet anus un peu serré mais réceptif à son chibre conséquent. Le visage d’Eric se détendit, pour laisser une image de plaisir, au point qu’il écarta mes cuisses afin que tout mon entre jambe soit au dessus de sa tête. Il posa ses mains sur mes hanches pour que je me baisse afin qu’il puisse me lécher les boules. Cette position dégageait légèrement mon anus, sa langue se promenait sur le périnée pour atteindre ma rondelle humide d’excitation.Il saisit mon sexe terriblement tendu pour se le mettre en bouche.Samuel continuait consciencieusement son bourrage tout en s’occupant du sexe d’Eric qui avait repris vie après que son anus apprécie ce bâton qui le taraudait plus virilement encore.Cette scène où un mec avait tous ses orifices occupés, tout en se faisant branler, alimentait tous mes fantasmes et rêves inassouvis. Eric se mit à quatre pattes, releva ses fesses, Samuel repris de plus belle son pilonnage. Eric commençait à émettre des cris lorsqu’il sentait cette barre à mine le fourrer, surtout quand Samuel bougeait de droite à gauche frottant son ventre sur le derrière d’Eric.Eric se repositionna sur le dos, marqua un temps pour souffler, mais Samuel ne voulait rien entendre, lui souleva les jambes pour finir le travail. Avec ce qu’il avait déjà donné, Samuel ne fit que quelques allers retour avant de se retirer et lâcher tout ce qu’il avait dans ses boules sur le ventre d’Eric. A voir comment il avait laminé Eric, à mon tour, je crachais mon sperme sur celui de Samuel. Eric ne voulant être en reste en fit autant. Une grosse quantité de spermatozoïdes avaient fini leur vie sur un ventre.Après s’être lavés de toute cette sueur, nous nous sommes endormis en vrac sur le canapé déplié.Lorsque je me suis réveillé vers midi, Samuel n’était plus là, seul Eric dormait encore.Il s’est réveillé lorsque j’ai fait fonctionner la chasse d’eau.En s’étirant, il me dit :-quelle soirée ! J’en ai encore mal au cul. Quelle étalon ce Samuel !-Tu en fais souvent des soirées pareilles ?-Heureusement que non ! j’aurai le cul en porte cochère.-Moi qui n’est pas encore connu la sodomie, cela me tente à voir comment tu prenais ton pied, d’un autre côté une bite comme celle de Samuel cela doit faire mal la première fois.-Cela dépend comment c’est fait.Après s’être restaurés d’un bon big mac, je suis retourné dans ma piaule. Le soir, allongé sur mon lit je me disais que je devais passer le cap.Cela eut lieu un soir chez Eric. Nous étions assis sur le canapé à mater une vidéo. Il ne fallu pas longtemps avant de nous désaper, se retrouver à poil à se tripoter, s’embrasser goulûment. De voir Eric courbé pour déplier le canapé m’a vraiment donné envie de prendre ses fesses musclées, bien rondes. Je n’ai pu m’empêcher de coller, ma queue entre ses jambes.-pas si vite me dit-il !Une fois la couche prête, nous avons repris nos ébats. Je me positionnais pour faire comprendre à Eric que j’étais prêt pour qu’il me prenne. Il s’y prit avec délicatesse. Le gel qu’il m’appliqua était légèrement tiède cela permettait une meilleur pénétration de son pouce, puis de l’index. Il travaillait mon anus pour le détendre. Un puis deux doigts qu’il faisait tourner. Je sentais mon muscle anal se dilater lorsqu’il l’écarta de ses deux doigts.Il me coucha sur le côté. Je sentis son gland toucher ma rondelle, pour s’enfoncer doucement. Les préliminaires étaient très efficaces, puisque je n’ai pas eu de douleur. Je savais qu’il était à fond, lorsque je sentais son ventre et ses boules heurter mes fesses à chaque mouvement.C’est en accélérant le mouvement que je ressentis du plaisir. A mes feulements, Eric était de plus en plus excité. Il me fit changer de position, me fit basculer sur le dos, souleva mes jambes et repris ses vas et viens. Jambes écartées, il pouvait voir mon sexe raide qui demandait qu’à se faire masturber. Alors qu’il était au plus profond de moi, Eric s’allongea sur mon torse pour m’embrasser. Le jeu de nos langues ne faisait qu’accentuer le plaisir. Sentant mon sexe coincé entre nos deux corps, celui d’Eric bien au chaud, je me retenais pour ne pas jouir et retarder l’extase.Eric reprit son limage, pendant que je me branlais. Quand Eric s’immobilisa en gémissant je sentis un liquide chaud m’envahir et mon sperme gicler jusqu’à mon torse. Eric resta plusieurs secondes avant de se retirer, le temps qu’il m’embrasse tendrement.Après avoir repris nos forces, en se levant pour aller dans la salle de bain, nous nous sommes aperçus que les rideaux n’avaient pas été tirés, qu’un mec dans l’immeuble en face avait profité du spectacle. Nous avons passé la nuit enlacés, collés l’un à l’autre. C’est au réveil qu’à mon tour j’ai honoré Eric. Ce fut encore pour moi une découverte de nouvelles sensations de sentir ma queue emprisonnée dans ce fourreau, mon corps aimanté à celui d’un autre garçon. Une grande émotion lorsque je jouis dans ce corps. Lors de nos délires, nous laissions volontairement le rideau ouvert offrant au voyeur le spectacle de nos galipettes.Cette année de fac, fut riche d’enseignements intellectuels et sexuels. Je connus chez Eric la position 69 qui me fit goûter et apprécier son sperme, comme il dégusta le mien. A chaque soirée, cela se terminait par une partie sexe. J’ai découvert lors d’un repas vietnamien un asiatique nommé Ly. Le sujet de discussion tout au long du repas était axé sur le sexe, si bien qu’au dessert, il sortit de son sac de sport quelques gadgets et se fit un plaisir de nous montrer le fonctionnement. Nous nous sommes mis à poils pour la mise en pratique. Je connaissais bien le sexe d’Eric, mais celui de Ly était très petit, perdu au milieu de poils très noirs lisses et luisants. Parmi les godes proposés, j’ai choisi celui qui vibrait. Allongé sur le dos, je maintenais mes jambes bien ouvertes et relevées le plus possible pour écarter mes fesses. Ly fit entrer le gode, laissant dépasser le fil de la télécommande. Je ressentis une petite sensation au premier cran. Le cran suivant était associé à de petites décharges électriques très supportables. Au fur et à mesure l’intensité augmentait, cela me donnait de frissons à chaque décharge. Ly n’en resta pas là, il augmenta la puissance jusqu’à ce que je le supplie d’arrêter.-tu dois aller jusqu’au bout ! il reste un cran.-Je ne vais pas tenir !-Ne crains rien, ce n’est pas dangereux.-Au dernier cran, j’étais en sueur, à chaque impulsion qu’il déclenchait, mes jambes tremblaient. Devant un tel traitement, mon sexe s’était recroquevillé.Ly arrêta le gode et dit :-d’habitude, avec un tel traitement, les mecs crachent leur jus rapidement, toi tu tiens la distance. Au tour d’Eric !Ly choisit celui qui était d’un beau vert fluo avec des protubérances de plus en plus grosses. Le trou d’Eric accepta entièrement ce gode sans broncher. Au premier cran, le gode faisait de petits mouvements circulaires qui faisaient rire Eric. Les mouvements circulaires s’amplifiaient en même temps que Ly augmentait la puissance. Au dernier niveau, Eric sentait son anus s’écarter, il demandait grâce en se cramponnant au lit, mais Ly restait imperturbable en disant que c’était une minuterie qu’il ne pouvait pas arrêter, qu’il fallait attendre la fin.Je m’étais remis de mes émotions alors que la machine infernale dans le cul d’Eric s’arrêta. Il avait l’air d’un athlète qui venait de faire un marathon.Une fois délivré du gode, Eric et moi avons prétexté d’aller prendre à boire dans le frigo, d’un œil complice nous avons décidé de nous venger.Après avoir posé les canettes sur la table, nous nous sommes jetés sur Ly, pour lui ligoter jambes et mains. Ainsi entravé, nous avons passé un manche à balai pour lui faire faire le tour de la pièce sans oublier d’ouvrir les rideaux pour exposer à la fenêtre son cul poilu, pour satisfaire le voyeur d’en face.Il manifestait son mécontentement d’être exposé ainsi, mais cela ne nous suffisait pas. En fouillant dans son sac, nous avons sorti un énorme gode qui ne ferait pas rougir un étalon.Voyant ce que nous avions güvenilir bahis şirketleri en main, il devint blême devinant que nous allions lui en faire profiter. Eric dit.-nous allons te rendre la monnaie de ta pièce !Il enduit généreusement le mandrin de gel, pendant que j’écartais les fesses de Ly découvrant une rondelle avec autant de poils qu’autour de son petit sexe.Eric approcha l’énorme gode puis sans trop de ménagement le fit pénétrer dans les entrailles de Ly qui ne poussa pas un cri, comme si il avait l’habitude de recevoir de tels morceaux. Eric actionnait de plus en plus vite le gode. De mon côté, j’essayais de m’occuper de son petit sexe perdu dans cette forêt vierge poilue. Deux doigts suffisaient pour le décalotter et découvrir un petit gland tout mignon. Je le pris en bouche, ce qui le fit un peu grossir, pas assez pour que je puisse aussi enfourner ses boules.Je le tétais alors qu’Eric continuait son ouvrage. Je me disais que j’irai jusqu’à ce qu’il crache et que je goûte de la semence exotique. Il fallait mettre du cœur à l’ouvrage pour qu’enfin je sente dans ma bouche sa liqueur. Je continuais jusqu’à ce que son sexe se rétracte, il n’en fut rien, on aurait dit qu’il ne voulait pas débander, au point qu’Eric retira le gode pour venir à son tour sucer Ly qui ne débandait toujours pas. Eric s’activa sur le pénis de Ly qui après quelques sussions lâcha une seconde giclée de sperme dans la bouche d’Eric. Notre conclusion était que les petites asiatiques étaient faites pour l’endurance.Les mois passants, je voyais Vincent épisodiquement. Lors d’une visite chez lui, Vincent me présenta sa fiancée, me dit qu’il allait se marier, qu’il serait très heureux de passer la dernière nuit de célibataire ensembles, et que je sois son témoin de mariage.J’étais très heureux pour lui, en pensant à ses attentions qui me touchaient.Il avait tout organisé. En ce début juin, il avait réservé un week-end pour que nous partions tous les deux. Pendant le trajet qui m’emmenait je ne sais où, Vincent me dit que sa future femme était au courant de notre amitié, qu’il l’avait prévenue, que je faisais partie de sa vie, que rien ne pouvait le séparer de moi, qu’elle devait l’accepter.Après plusieurs heures de route, nous sommes arrivés dans un domaine boisé. Une fois la voiture arrêtée sur un parking, Vincent m’a demandé de l’attendre. Il est revenu accompagné d’une jeune femme que nous avons suivie avec notre sac, le long d’un chemin en pleine forêt. Arrivés au pied d’un énorme chêne, une grande échelle était posée sur le tronc. En relevant la tête, j’ai vue une maison perchée tout là haut. Vincent me dit :-voilà où nous allons passer le week-end.Après avoir gravit les échelons, nous sommes arrivés dans une maison toute en bois avec un balcon qui en faisait tout le tour. Ce qui découvrait une vue sur l’horizon à 360°.Après nous avoir fait visiter la grande chambre avec une douche et même des toilettes, la jeune femme nous montra une sonnette qui servait à appeler l’accueil si nous avions besoin de quelque chose. Avant de redescendre, elle nous indiqua une corde avec un panier enroulée autour d’une poulie qui servait à remonter nos repas, qu’elle annoncerait son arrivée par la sonnette de son vélo. Une fois partie, elle enlèverait l’échelle et nous serions isolés dans notre arbre.J’avais l’impression d’être un gamin dans sa cabane. Après avoir pris une douche, nous courrions tout nu autour de la chambre. Une sensation de liberté totale. L’apéritif et le repas furent pris sur le balcon. Les bruits venus des arbres m’enchantaient.J’étais appuyé sur la rambarde à contempler les lumières de la vallée. Vincent nu, vint se coller contre moi, faisant tomber mon peignoir. J’aimais la douceur de sa peau, le soyeux de ses poils sur son torse qui caressaient mon dos, son sexe au repos qui se frottait sur mes fesses, les bisous qu’il me faisait sur le cou, la nuque, sa bouche me mordillant les oreilles, ses doigts pinçant légèrement mes seins, ses mains descendant sur mon ventre jusqu’aux poils pubiens, glissant entres mes cuisses. J’ai tourné ma tête cherchant sa bouche pour un long baiser, puissant et tendre à la fois.En rentrant dans la chambre, je voulais que cette nuit exceptionnelle soit toute à lui. Vincent allongé sur le dos, les bras en croix, me laissait voyager sur son corps. Ma bouche parcourait son cou, ma langue s’arrêtait sur ses tétons durcis, que je suçotais du bout des lèvres, puis remontais sur son cou, pour redescendre le long du petit sillon dessiné sur son torse jusqu’au nombril que j’explorais du bout de ma langue. J’écartais le plus possible ses cuisses pour lécher le pli de l’aine. Je n’eus pas grande distance à parcourir pour atteindre sa verge décalottée, par l’excitation attendant ma bouche. Délicatement, je déposais un baiser sur son gland turgescent, de le prendre en bouche, jusqu’à la collerette l’enserrant de mes lèvres. J’entendais Vincent couiner à chaque succion. J’augmentais ma quantité de salive avant d’engloutir entièrement ce membre, de le déguster comme il le devait. Il avait replié ses jambes afin que je puisse lui caresser les fesses, les écarter pour y enfouir mon visage, lécher sa rondelle, y déposer un maximum de salive l’écarter de mes doigts pour que ma langue que je faisais la plus dure et pointue possible s’y glisse. Ses gémissements devenaient plus forts et rapprochés. Je ne voulais pas qu’il jouisse tout de suite, alors je me suis allongé sur lui pour l’embrasser longuement, sensuellement, nos langues s’entrechoquant, dans nos bouches grandes ouvertes. Nos bras enlaçaient nos têtes pour être encore plus unis l’un à l’autre. A chaque mouvement, nos sexes se collaient l’un à l’autre, je pouvais sentir sur mon ventre tous les détails de son membre qui de faiblissait pas.Après ces préliminaires, Vincent voulu se mettre tête bêche pour qu’ensembles nous nous sucions. Cette position nous faisait ressentir au même moment le même plaisir.Vincent voulu se retirer pour lâcher sa semence, je l’en empêchais en restant collé sur son ventre et sentir son sperme envahir ma bouche. J’allais au même instant éjaculer, quand Vincent me retint pour recevoir aussi ma crème. Nos corps se détendirent, nos bouches se sont retrouvées, nos spermes mélangés. Nous nous sommes endormis blottis l’un contre l’autre. Je commençais à me réveiller aux chants des oiseaux, à la douce chaleur du soleil.Je me suis retourné vers Vincent. Je ne sais pas s’il rêvait, mais il bandait fort. Je ne voulais pas rater cette opportunité. J’ai commencé à le sucer avec beaucoup de salive. Cela a du le réveiller, il s’est mis sur le côté. J’ai présenté mes fesses face à son braquemart. Je l’ai empoigné pour le présenter à mon anus. L’intromission se faisait sans trop de difficulté. A moitié enfoncé, je sentis que Vincent s’était réveillé lorsqu’il m’entoura de ses bras pour finir d’enfoncer entièrement son sexe. Son mouvement s’accélérait. Je le sentais me pénétrer au plus profond jusqu’à ce qu’il se colle à moi, se crispe m’honore de sa semence. Il est resté quelques instants encore en moi, puis s’est retiré, m’a embrassé avant d’aller dans la salle de bain.Nous étions encore nus lorsque la sonnette d’un vélo nous annonçait l’arrivée du petit déjeuner. Nous étions en peignoir pour accueillir la demoiselle. Vincent a fait descendre la nacelle. Le poids qu’elle faisait en la remontant annonçait un copieux petit déjeuner, de quoi ne requinquer après toutes ces calories perdues.Une fois partie, nous avons retiré notre peignoir pour prendre notre petit déjeuner une dernière fois nus dans les arbres.Seuls sur ce balcon entouré de tous ces arbres, nous apprécions de moment exceptionnel en dégustant les tartines de pain grillé nappées de beurre et confitures.Vincent me dit :-tu m’as fait passer mon meilleur moment, des plaisirs que je n’en ai jamais connus à ce jour. Je souhaite que nous nous retrouvions parfois pour vivre d’intenses moments comme celui là.-Cela dépend de nous, mais je vais m’y attacher.Le mariage de Vincent resta classique, si ce n’est que nos deux signatures figuraient sur le même document.Plusieurs années passées, je suis devenu Stewart sur la compagnie nationale, ce qui me permettais au cours de mes voyages et escales de profiter de rencontres instructives dépaysantes d’exotisme.Vincent était ingénieur, avait deux enfants, sa vie de couple semblait organisée. Il s’arrangeait toujours pour que parfois nous nous puissions passer du temps ensembles.De mon côté, je lui faisais profiter de voyages sur les vols que j’assurais, nous passions des week-ends endiablés dans des pays divers et surprenants.(Ce récit de déroule alors que le VIH n’existait pas – Protégez vos vies pour protéger celles d’autrui).

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir