L’été suivant

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ass

L’été suivantL’été suivantUne année complète s’était écoulée, nos vacances en Bretagne devaient être moins longues que les précédentes. Les deux dernières semaines de juillet au camping, et les trois suivantes chez mon “tonton”. Ce vieil ami de la famille, toujours célibataire endurci, nous accueillait chez lui, et cette fois avec encore plus d’impatience. Le mois d’août dernier avait été l’occasion de nous rapprocher sexuellement en expérimentant la fellation, le cunnilingus, l’anulingus, le doigtage et bien d’autres caresses… Mais maintenant je n’étais plus vierge…J’avais un petit copain depuis plusieurs mois, avec qui j’avais eu mes premiers coïts. J’adorais faire l’amour, et à la moindre occasion nous le faisions. Avant lui, j’avais eu ma première relation lesbienne que je raconterai dans une prochaine histoire… On pouvait dire que le sexe devenait vitale dans mon existence…Nous prenions donc possession de nos chambres comme tous les ans, mon père restait la première semaine, ce qui m’empêchait tout écart avec mon tonton. Nous avions juste pu échanger quelques paroles intimes. Il me faisait comprendre que les quelques selfies coquins que je lui avais envoyés durant l’année lui avaient fait plus que plaisir. Nous observions une certaine distance même après le départ de mon père, afin de n’éveiller aucun soupçonde la part de ma mère ou de ma sœur. Ce soir, j’avais décidé de passer à l’offensive, pendant tout le diner, je faisais du pied, sous la table, à mon “tonton”. Je pouvais remonter mon pied jusqu’à ses genoux, et il appréciait mes caresses. Nous débarrassions la table, mon “tonton” faisait la vaisselle et je lui donnais un coup de main “appuyé”. Ma mère était au salon devant le journal télévisé, alors que ma sœur prenait sa douche. Mon “tonton” face à l’évier, je me collais à son dos, étant beaucoup plus petite que lui, mes bras enlaçaient son gros ventre. Je chuchotais, en lui précisant que cette nuit je le rejoignaisdans sa chambre de vieux garçon. Je le serrais fort pour lui montrer mon excitation et une de mes mains descendait vers son sexe. Je posais ma main sur son short, la bosse grossissait instantanément. Il n’avait güvenilir canlı bahis siteleri pas mis de slip, ce qui me permettait de saisir à travers le tissu, sa queue gonflée. J’effectuais une petite branlette, puis il s’était retourné, me faisant face. Son sexe sortait par le bas de son short. je relevais le tissu pour le dégager d’avantage. Cela faisait presque deux mois que je n’avais pas eu la queue de mon petit copain entre les mains. J’avais maintenant celle de mon “tonton” que je branlais frénétiquement. Je me penchais pour la prendre en bouche… Moi qui voulais être discrète, je taillais une pipe à mon “tonton” dans la cuisine alors que ma mère se trouvait dans le salon. Sa queue dure, palpitait et se contractait de plus en plus fort. Je me préparais à recevoir sa semence. Et, d’un coup son éjaculation me remplissait la bouche, puis la gorge. Il grognait en tentant d’étouffer son plaisir. Ma mère surprise lui demandait si ça allait. Il avait bredouillé s’être coincé le doigt dans un tiroir. J’en profitais pour rejoindre discrètement ma chambre à l’étage avec en bouche le reste de son sperme.Je prenais à mon tour ma douche, me préparant pour la nuit. Je rasais parfaitement ma chatte, je me maquillais autour des yeux et j’enfilais une micro nuisette transparente que mon petit copain m’avait ouverte. J’attendais dans ma chambre que tout le monde soit couché. J’étais très excitée mais je me refusais de céder à la tentation. Mes lèvres étaient déjà bien humides à l’idée de baiser pour la première fois avec mon “tonton”.J’avais envie de sentir une deuxième queue en moi, sachant que je ne pourrai jamais me contenter d’un seul homme. Cela faisait plusieurs minutes qu’il n’y avait plus de bruit dans la maison. Mon “tonton” précautionneux, avait huilé les gonds de la porte de ma chambre, plus de grincement…Je descendais les escaliers tout doucement, puis je traversais le salon et je posais la main sur la poignée de porte légèrement entre ouverte. Je la poussais, la lumière me faisait fermer les yeux et instinctivement je plaçais une main au dessus de mon front, afin de les rouvrir. Je devinais mon “tonton” assis güvenilir illegal bahis siteleri au bord du lit, nu et en érection. Je refermais la porte et m’approchais de lui. Il me complimentait sur ma tenue.La transparence de ma nuisette ultra courte mettait en évidence mes tétons durcis et la fente de ma chatte. En me tournant, mes fesses étaient toutes aussi mises en valeur.Il m’attrapait par la taille pour m’amener à lui. Sans un mot, il ouvrait ma nuisette, laissant mes seins libres. Il s’empressait de les gober l’un après l’autre. Je serrais sa tête de mes mains pour l’encourager dans la succion de mes tétons. Une de ses mains me pelotait les fesses, l’autre remontait le long de mes cuisses puis directement sur mon sexe. J’écartais sensiblement les jambes, lui offrant ma vulve trempée et légèrement ouverte. Ses gros doigts prenaient possession de mon vagin. Ma mouille coulait sur sa main, je m’empalais plus intensément dessus, pour jouir aussitôt…J’enlevais la nuisette et m’allongeais sur le lit pour recouvrer mes esprits. Il en profitait pour toucher toutes mes parties intimes, puis me léchait vigoureusement. Sa langue gourmande, me fouillait l’intérieur. L’un de ses doigts forçait l’entrée de mon anus, ma cyprine abondante favorisait la pénétration complète de son majeur. Il le tournait afin de me dilater le petit trou, tandis que sa langue s’activait sur mon clitoris. Ces deux caresses simultanées me faisaient jouir une nouvelle fois…Après quelques caresses tendres, je m’étais agenouillée au pied du lit pour entreprendre une nouvelle fellation. Mon “tonton” allongé la queue en l’air. Je sentais qu’il n’était plus très loin de l’orgasme. Alors j’arrêtais ma pipe, je me relevais et en le regardant dans les yeux, je lui demandais s’il avait des capotes. Il en avait acheté en sachant qu’on se voyait au mois d’août. Il sortait de sa table de chevet, une bande de préservatifs.Je lui ordonnais d’en enfiler une rapidement, je voulais me faire baiser. Le stresse et son manque de pratique, le faisaient débander d’un coup. J’avais du y aller un peu fort dans mes propos… Moment gênant, je décidais aussitôt de me güvenilir bahis şirketleri positionner en 69, reprenant ma fellation. Mon “tonton” reprenait vite de la vigueur, et j’en profitais pour mettre la capote… Deuxième échec. Il débandait aussi vite.Il me demandait de me mettre allongée sur le dos, les fesses au bord du lit. L’année dernière, il adorait se frotter la queue contre mes lèvres, et jouir sur mon ventre. Je le laissais faire, et son sexe retrouvait toute sa raideur. Je bougeais le bassin pour accentuer les sensations du sexe contre sexe. Je me disais qu’il n’avait pas eu de relation sexuelle depuis des années, alors j’ondulais de plus en plus et sa queue se retrouvait par moment face à l’entrée de ma chatte. J’attendais l’instant idéal pour modifier mon mouvement de bassin. Sa bite entrait enfin en moi jusqu’au bout. Mon “tonton” tout surpris, me laissait me trémousser sur sa queue. Je l’encourageais à me prendre. Je posais les jambes sur ses épaules, j’écartais au maximum les cuisses pour faire de la place à son ventre et sentir l’intégralité de sa bite. Il commençait à bouger, ses va-et-vient étaient de plus en plus maitrisés. Il posait ses grosses mains sur mes cuisses pour s’appuyer dessus. Sa queue était bien dure, mon orgasme montait inexorablement. Je pinçais mes tétons les faisant rouler entre mes doigts. Je me faisais baiser comme une petite chienne, j’adorais ça, plus je pensais à sa queue sans capote, et plus je mouillais…Mon “tonton” transpirait, sa respiration s’accélérait et s’appuyait de plus en plus sur moi. Je ne pouvais plus bouger, il me pilonnait la chatte. J’avais envie de crier de plaisir, je me mordais la main. L’orgasme m’envahissait enfin… tout comme les saccades qui déversaient des jets de sperme. Le visage tout rouge, il se retirait de mon vagin, me laissant dans cette position. Je sentais le liquide coulé dans la raie de mes fesses. Mon “tonton” entreprenait alors un nettoyage de ma chatte et de mon anus, en me léchant avidement. Il était aux anges d’avoir pu me baiser ainsi.J’étais devenue une vraie cochonne. On avait baisé plusieurs par la suite, assise sur lui, en levrette ou en missionnaire et toujours sans capote. Il immortalisait nos séances par des photos qu’il garde encore aujourd’hui.En rentrant de vacances, je retrouvais mon petit copain qui ne s’était jamais douté de mon infidélité. Je m’occupais de sa queue de mieux en mieux, mais l’envie d’en goûter d’autres devenait une fixation…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir