Le perruque ensorcelée (Ep. 3)

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Le perruque ensorcelée (Ep. 3)12pts[ Chapitre : 1 – 2 – 3]3.Sorti de la douche, je rallume mon gsm. Il y a de nombreux appels en absence, de mon caméraman, de mon directeur. Je n’en ai cure. Je n’écoute même pas les messages. Je vais plutôt sur mon ordinateur, pour remercier mon maître pour le cadeau, et lui raconter ce qui s’est passé. Il me félicite pour mon obéissance, et me donne quartier libre pour le reste de la journée. J’en profite pour faire du ménagé, habillé en sous-vêtements coquins et talon haut, parce que ça m’excite… puis je m’entraîne à améliorer ma façon de me maquiller, grâce à des vidéos vues sur le net. Mais bien vite, je me sens de plus en plus excitée. J’ai envie de sexe. J’ai envie de sperme. Je regarde mes sextoys en plastique, mais non, ce n’est pas ça que je veux. Je veux du vrai sexe.Je m’habille donc de façon provocante, bas noir opaques, jarretelle noire avec string ficelle noir et soutien assorti. Et je mets par-dessus une robe blanche très serrante, qui m’arrive à mi-cuisse. Bien entendu, on devine sans aucun problème les sous-vêtements à travers. Puis je mets les chaussures que mon maître m’a offertes, prend mon imper sous le bras, et vais jusqu’au parc du centre-ville.Je dois ressembler à une vraie tapineuse, habillée comme je suis, me promenant dans les allées du parc. J’entends un bruit derrière moi, me retourne, et vois un gars vernir vers moi. Jeune, pas très beau de visage. Un universitaire, à voir son pull. Il s’approche de moi, et timidement me demande :- Je… hum… c’est… c’est combien ?Je n’avais jamais imaginé la chose. Me donner le plaisir que je cherche et me faire payer pour ça ? J’hésite. Je ne connais rien des tarifs pratiqués par les prostitués. Oserais-je ? Et pourquoi pas ?- Pour 50€, tu peux me faire ce que tu veux !Il me regarde étonné. Puis sors son portefeuille et me donne les 50€. Je l’entraîne dans les fourrés, près d’un arbre. Il n’ose rien demander, rouge jusqu’aux oreilles, qu’il a fort grande d’ailleurs. Je m’agenouille, ouvre sa braguette, et sors son sexe. Wouaw, un sexe de belle taille ! Qui eut cru qu’une tête pareille pouvait cacher un trésor pareil ? Je commence à le lécher, puis à le sucer. Je le sens s’enfoncer dans ma bouche, jusqu’à la garde. Il pousse d’étrange onomatopée, à mon avis c’est la première fois qu’il se fait sucer ! Ma bouche va et vient le long de son membre, que je sens soudain se cabrer, puis venir en moi. Je bois tout son jus, puis nettoie bien son membre avec ma langue. Il n’aura pas duré longtemps ! Il me remercie et s’encourt.Je retourne sur l’allée, et directement un second gars me voit et viens vers moi. Il a un chapeau et je ne vois pas bien son visage.- Combien ?- Pour 50€, tu peux me faire ce que tu veux !Il me donne l’argent, et je l’entraîne au même endroit où j’ai sucé le jeune. Ce jeu me plaît follement ! Le gars me pousse contre l’arbre et m’embrasse à pleine bouche. Je le laisse faire, toute excitée. Nos langues se mêlent, tandis que ses mains caressent mes seins.- T’es vraiment belle tu sais ! Pour ce prix, c’est un miracle !Il recommence à m’embrasser, je me laisse aller contre l’arbre envahie par son désir. Ses mains descendent le long de mon ventre, passent sous ma robe, remontent vers mon entrejambe, qu’il palpe, puis se recule avec surprise. Il repalpe une seconde fois.- Ma parole, c’est noël ? Y’a un cadeau en plus pour ce prix mini ? Allez, montre-moi tes talents à genoux, et suce-moi !J’obéis, m’agenouille, sort son sexe, le lèche, le suce. Il est d’une taille moyenne, et je l’avale entièrement sans aucun problèmes, avant de faire les vas et vient, les lèvres serrées, la langue travailleuse…- Oh oui, c’est bon… mmmm… t’es vraiment bonne tu sais ? Quelle bonne pute… Branle-toi en me suçant…Il ne cesse de faire des commentaires grivois pendant que je le suce, mon sexe passant par-delà mon string, que je branle doucement…- Relève-toi maintenant et met tes mains contre l’arbre.J’obéis, il me caresse les fesses, puis remonte ma robe jusqu’à la taille. Je me penche pour qu’il ait un accès plus facile à mes fesses… il caresse son membre chaud, dur, et mouillé de ma salive contre mon sillon, tout en me caressant les fesses, leur donnant de temps en temps une petite claque. Puis il écarte mon string, caresse mon anus du bout de son gland… je sens son pré-sperme mouiller mon petit trou… puis il presse son gland contre mon anus, et ses mains se resserrent sur ma taille. Il agrippe ma taille et me tire vers lui… ainsi son gland me pénètre, puis sa hampe… il m’attire à lui jusqu’à ce que mes fesses reposent contre son bassin… quel pied ! Puis toujours tenant ma hanche d’une main, son autre main agrippe mon sexe bandé… il commence alors ses vas et vient en moi, tout en me branlant puissamment… je suis aux anges, et dire qu’il m’a payé pour ça ! Il me bourre de plus en plus fort, me branlant de plus en plus vite… je jouis, au comble du bonheur, des jets de sperme s’écrasant sur l’arbre, du sperme coulant aussi sur la main du gars. Il présente sa main à mon visage, je lèche mon sperme sur sa main, je suce ses doigts, tandis qu’il vient en moi, éjaculant son sperme chaud au plus profond de mon rectum, éructant une bordée d’insanité…Il se retire, tandis que j’agrippe l’arbre, pantelante. Il donne encore une claque sur mes fesses.- Merci pour ce bon moment, t’étais vraiment super !Je l’entends rezipper son pantalon, puis il s’en va, traversant les fourrés vers l’allée. Il me faut quelques minutes pour reprendre contenance, puis je me rhabille, et rentre chez moi.Aucune nouvelle de mon maître. Je regarde les 100€, posés sur ma table de salon. Gagner de l’argent en prenant son pied, quel rêve !Le lendemain, la première chose que je fais, et c’est devenu une habitude, c’est de mettre la perruque, puis d’ouvrir mon ordinateur. Je n’ai aucune nouvelle de mon maître non plus. Je reste en nuisette et string, et passe mon temps à discuter avec des gars, des dialogues coquins, évidemment, puis à regarder des vidéos sur le net. Pour la première fois, je me mets du vernis sur les ongles, des doigts et des doigts de pieds. Un rose assez vif. Je trouve cela trop beau ! Soudain on sonne à la porte. Mon Maître ? Je me précipite pour ouvrir, et tombe nez à nez avec un homme, en costume, assez vieux et dégarni. – Est-ce que Monsieur Marc P. est ici ?- Heu… oui… oui, c’est bien son adresse… je suis… sa sœur. Sa petite sœur ! Il n’est pas à la maison pour le moment.Le gars ne peut détacher ses yeux de la nuisette, et de mes seins qui pointent à travers. Je le remarque.- Vous voulez les toucher ?Je le dis avec un sourire provocateur.- Je… non, je ne peux pas ! Je suis huissier de justice, j’ai un pli pour M. Marc P. Tenez, prenez-le pli. Et signez ici. Voilà. Bonne journée, mademoiselle !J’ai signé, et, le visage tout rouge, une jolie bosse dans son pantalon, il s’encourt presque jusqu’à l’ascenseur. Je souris, et rentre chez moi. Quel effet je lui ai fait !Je regarde le pli. L’en-tête de la chaîne de TV locale pour laquelle je travaille. J’ouvre l’enveloppe et lis. A cause du reportage raté (la chaîne privée ayant eu le scoop) et de mes absences injustifiées, j’étais viré. Je ne devais plus me représenter au bureau, mes affaires me seraient renvoyées par porteur, et le reste de la lettre expliquait la modalité de payement de mes indemnités, ainsi que l’adresse d’un bureau d’avocat si je voulais faire opposition. Je laissais la lettre sur le meuble du hall d’entrée et retournais à mon ordinateur, complètement indifférent. C’était comme si mon ancienne izmir escort vie n’avait plus aucun sens pour moi. J’avais trouvé autre chose qui me convenait bien mieux !Le soir venu, toujours pas de nouvelles de mon Maître. Cela me rendait nerveuse, je ne savais que faire. Mes sextoys ne me permettant plus d’assouvir les besoins de plus en plus énormes que j’avais, je décidais de retourner dans le parc. Je m’habillais avec des bas résilles, les sous-vêtements que mon maître m’avait offert, d’une mini-jupe noire, et d’un top. Je marchais rapidement jusqu’au parc. Il ne me fallut pas longtemps avant que j’ai un nouveau client qui se présente à moi. Il me paya les 50€, je l’emmenais dans les fourrés où je pus le sucer, puis il me pris en levrette, la mini-jupe à peine troussée, son gros sexe allant et venant dans mon cul gourmand. Il se vida en moi. J’eus un second et un troisième client. Chaque client me faisait jouir, le string transparent étant maculé de mon sperme. Le dernier voulu venir sur ma face. Je m’agenouillais à ses pieds et le laissais faire. Mon visage étant maculé de sperme, je dû rentrer vite fais chez moi. Je pris une douche puis m’installais sur mon lit.J’avais gagné 250€ en deux soirées ! Mon plaisir devenait rémunéré, j’étais sur un petit nuage ! En plus j’avais reçu un email de mon Maître, qui était fort occupé mais qui s’occuperait bientôt de moi… J’étais encore fort excitée, je me godais donc en webcam, devant quelque curieux, les fesses et l’anus dilatés devant la cam, mon bassin relevé, mon sexe pointé ers mon visage, et je pus me faire venir sur mon propre visage, avant de pouvoir dormir, enfin calmée.Le lendemain, j’allais faire du shopping. Je m’achetais de nouveaux sous-vêtements, des robes, des shorts, des bottes. Tous courts et provocateurs, évidemment. Ainsi, lorsque je me mis en route pour le parc ce soir-là, je portais les bottes cuissardes en cuir noir, un mini short en jeans, un top bleu très serrant et arrivant au-dessus de mon nombril, de mon short on voyait dépasser les ficelles d’un string mauve. Je ne portais pas de soutien, on pouvait voir mes tétons pointer à travers le tissu du top… Je fis quelques pas dans le parc, et arrivait près d’un lampadaire qui éclairait bien autour de moi, quand j’entendis du bruit derrière moi. Mon premier client de la soirée ? Je me tournais, c’était un gars vraiment baraqué ! Un costaud ! J’en salivais, rien qu’à imaginer un sexe aussi costaud que lui.- C’est combien ?Il s’approcha, et me caressa directement les seins.- Pour 50€, tu peux me faire ce que tu veux !Soudain, avant que je le réalise, sa main passe de mon sein à mon bras, qu’il tord en me faisant tourner sur moi-même, tandis qu’il att**** mon second bras. Dos à lui, je suis complètement immobilisée. Un type qui fait dans le Bdsm ? J’ai jamais essayé… mais je sens que quelque chose ne tourne pas rond… je ne sens pas d’excitation, de désir dans ses gestes… – Vous… vous me faites mal !- La ferme poufiasse !J’entendis des bruits de pas, et trois autres individus arrivèrent. Encore deux costauds dont un tenait une batte de baseball en main, avec un petit gros au milieu. Il affichait un luxe ostentatoire, tant dans ses vêtements que les bagues en or qu’il portait aux doigts, ou le collier en or autour du cou. Il avait un drôle de visage, un visage de batracien… et crapaud plutôt que grenouille !- Alors c’est elle qui ose chasser sur mes terres, hein ? Al, vérifie si ce qu’on dit est vrai !Il avait une voix nasillarde, désagréable. Le costaud qui n’avait pas de batte de baseball s’approcha de moi, ouvrit mon short sans ménagement, et le baissa avec le string jusqu’à mes chevilles.- Oooh, le joli petit oiseau… c’est donc bien toi…- Qui êtes-vous ? Que… que me voulez-vous ?- Tu me demande ce que je veux ? Tu tapines dans mon secteur à ton compte, et tu crois que je vais laisser faire ?Soudain je comprends. Un proxénète ! Un mac ! Je pensais que ça n’existait que dans les films !- Toutes les filles qui tapinent dans le parc m’appartiennent, et me versent une partie de leurs bénéfices, contre ma « protection ». Alors non seulement toi tu tapine en solo, sans rien me payer, mais en plus tu casses les prix… tssss tssss… ce n’est vraiment pas bon pour toi, ça !- Je… je suis désolée ! Je ne le ferai plus… plus jamais… pardonnez-moi !- C’est trop tard ma petite, trop tard pour les excuses. Al fouille là !Il me fouilla, s’attardant sur la poitrine, passant ses mains sous mon top, hasardant même un doigt dans mon anus, fouillant les poches du short, tire-bouchonné sur mes chevilles…- Elle a pas un rond sur elle boss.- Pitié ! Je vous jure que je regrette ! Que je le ferai plus !- Ah ça, je sais que tu le feras plus ! Quand tu auras pris toute la batte dans le cul, ton anus sera si relâché que tu pourras plus jamais le faire !Ils rirent tous les trois d’un rire gras. Le gars avec la batte s’approcha de moi… j’avais si peur que j’étais à deux doigts de faire pipi, lorsqu’un nouveau bruit de pas se fit entendre, et deux gars arrivèrent. Je reconnus tout de suite celui que j’avais sucé et qui m’avait dépucelé le cul ici, dans le parc, la toute première fois. Suivi du grand, qui l’avait appelé Alonso. Ils avaient tous les deux les mains dans les poches.- Laisse-là tranquille Rölf.- Cassez-vous les pingouins, vous n’avez rien à faire ici ! C’est mon territoire !- Elle appartient à Monsieur Dimitry. Tu voudrais pas le fâcher, Monsieur Dimitry, n’est-ce pas ?Le gars avec la batte se tourna vers tête-de-crapaud.- J’leur défonce la tête à coups de batte, boss ?Tête-de-crapaud, nerveux, regardait les mains qu’ils tenaient dans leurs poches. Etaient-ils armés ? – Non laisse tomber. Le Dimitry est vraiment un type bizarre, j’veux pas d’ennuis avec lui. On vous la laisse pour cette fois. Mais qu’elle ne remette jamais les pieds ici, ou c’est sur un lampadaire que je l’empale !Le dénommé Alonso jeta quelque chose en direction de tête-de-crapaud, qui atterri à ses pieds. Une liasse de billets de banque, enroulés et attachés par un élastique. Le petit gros la ramassa.- De la part de Monsieur Dimitry. Pour les ennuis causés.Pendant un moment, je pensais qu’il allait la jeter avec mépris. Mais il le ravala, et mis la liasse dans sa poche. Puis le gars qui m’immobilisait me lâcha, et ils disparurent tous les quatre dans l’ombre. Je restais sans bouger, les jambes tremblantes. Alonso s’approcha de moi. Sa main effleura, puis caressa mon cul, il semblait l’avoir apprécié. Il me tendit une carte de visite. Que je pris. Il y avait l’adresse d’un site web, un identifiant et un mot de passe. Rien d’autre.- Si j’étais toi, je quitterais les lieux fissa !Et ils s’en allèrent de leur côté. Je me retrouvais seule dans la lueur du lampadaire, les jambes tremblantes… et je me fis pipi dessus, là, de peur, sans pouvoir me retenir… avant de relever mon short trempé et de courir sans m’arrêter jusque chez moi !A l’appartement, je pris une longue douche chaude. Remise de mes émotions, je revins dans le salon. Je pris la carte que le dénommé Alonso m’avait remise. Après avoir ouvert mon ordi, je tapais le nom du site web, puis avec l’identifiant et le mot de passe, entrais sur le site. Je compris tout de suite que ce site n’avait été fait que pour moi, pour me montrer le pouvoir de M. Dimitry. Il n’y avait qu’une seule page, avec un bandeau remplis de vidéo. Tous mes shows en webcam, mais aussi le propriétaire du sexshop que j’avais sucé, les quatre déménageurs, mes rencontres dans le parc, tout, tout avait été filmé et se trouvait sur le site. izmir escort bayanlar Comment avait-il fait ? Aucune idée… A la fin du bandeau avec les vidéos juste un mot : « Regarde-toi sur ces vidéos. Regarde ton visage, quand tu fais jouir ces gars, quand tu avales leur sperme, vois le contentement sur ton visage. Vois le plaisir que tu procures et qui t’es procuré. Demain tu trouveras un nouveau colis avec de nouveau ordres. Mais sache que tu m’appartiens déjà. L’ancien toi n’existe déjà plus… »J’étais à la foi excitée et terrorisée… je vis le bandeau avec les vidéos… je commençais à les regarder toutes les unes après les autres, finissant par me masturbant en me voyant à l’écran : j’avais un air tellement dépravé, je faisais tellement pute… mais quel air de bonheur j’avais, de liberté, que plus rien, plus aucune convenance morale, me retenait… et je voyais à l’écran mes jouissances, mes soubresauts de plaisir… j’en ressentais presque les sensations physiquement ! Je jouis une ou deux fois, mais continuais à me masturber tout en regardant les vidéos. Puis, éreintée, j’allais dormir.Le lendemain, je découvris le nouveau paquet du maître… une combinaison en latex noir ! Ce ne fut pas simple à mettre, mais une fois mise, qu’est-ce que c’était sexy ! Je me mirais dans le miroir. LA combinaison s’arrêtait au ras du cou, avec une tirette courant tout le long du dos pour l’ouvrir. Elle couvrait tout mes bras, jusqu’au poignet. De petits anneaux en fer se voyaient aux poignets, sans doute pour être attaché, ou pour m’attacher à quelques choses… Elle collait à la peau, on devinait donc parfaitement mes seins, qui pointaient sous le latex. Une tirette faisait le tour des seins, pour pouvoir les mettre à l’air. La combinaison descendait jusqu’à mi-cuisse, comme un robe mini. J’avais un string noir en latex lui aussi, des jarretelles noire qui attachaient des bas en latex qui couvraient mes jambes, jusqu’aux chevilles, où de nouveau deux petits anneaux en fer se voyaient. Le latex était doux et brillant, les tirettes et anneaux métalliques étaient rutilants. Il y avait dans le paquet un collier en cuir, avec une laisse, qui avait aussi une chaîne métallique donc chaque maillon était rutilant et se terminait par une poignée en cuir noir, pour tenir la laisse. Il y avait aussi un mot, très laconique.« Habille-toi avec la combinaison, met les chaussures à talon, et ton imper par-dessus. Ne prend que la laisse avec toi, et rien d’autre. Et rends-toi à cette adresse, en taxi. »Suivait une adresse, que je ne connaissais absolument pas. J’étais à la croisée des chemins. Ne rien prendre ? Ni portefeuille, ni papier… ni même mes clefs ? Était-ce un aller sans retour ?Mais je me vis dans le miroir. Si belle. Si excitante. Je me sentais excitée, j’avais envie de sexe. Il n’y avait que ça dans ma tête. Rien d’autre. Je mis donc les chaussures, l’imper, fourrais la laisse dans la poche de l’imper, que je fermais soigneusement, ouvris ma porte… me retrouvais sur le palier… j’eus un instant d’hésitation… un court instant… puis je claquais fermement la porte et me dirigeais vers l’ascenseur, vers mon nouveau destin…Dans la rue je hélais un taxi, y entrais et donnais l’adresse au chauffeur.- C’est pas tout près ! Les rues défilaient devant mes yeux, mais je regardais distraitement par la fenêtre perdue dans mes pensées. Nous quittâmes le centre-ville, passèrent les sales quartiers, et nous dirigeâmes vers la banlieue huppée. Il fallut, avec les embouteillages, une bonne heure quinze pour parvenir à l’adresse. Je me voyais qu’un haut mur (avec du verre pilé par-dessus, pour la sécurité) et une grande grille en fer forgée, dont on ne savait voir entre les barreaux ce qu’il y avait derrière, l’interstice des barreaux étant bouché par de grande plaque de fer de la même couleur que la grille. – C’est ici M’dame. Cela fera… mmmm… 100 € tout rond !Je sursautais. Comme le maître me l’avait ordonné, je n’avais rien pris avec moi ! Le rouge me monta aux joues…- Je… je n’ai pas d’argent sur moi !Le chauffeur de taxi se tourna lentement vers moi. Il avait un peu un visage de père noël (et le ventre qui va avec), sauf que sa barbe était grise au lieu d’être blanche… et ses joues étaient rouges, mais pas de gêne, comme moi, plutôt de colère !- Vous vous moquez de moi M’dame ? Toute cette course et vous n’avez pas un rond ? Mais enfin, vous vous rendez-compte ! C’est du vol ! C’est pas possible ça !Il était vraiment en colère. Je ne savais pas quoi faire !- Franchement, c’est pas possible d’être aussi… qu’est-ce que vous croyez, que j’allais vous offrir la course parce que vous êtes jolie ???Ce fut l’illumination. Je compris pourquoi mon Maître m’avait fait ça. Pour me montrer la valeur de mon corps. J’ouvris lentement l’imper, dévoilant la combinaison en latex. Me callant dans le siège, j’ouvris grand les cuisses, il devait avoir une vue imprenable sur le string noir…- Je peux peut être vous repayer autrement ???Il ouvre la porte de son côté, sort de la voiture, puis ouvre en grand la porte de mon côté… j’ai un peu peur qu’il me jette en dehors de son taxi… il hésite un instant, puis vient s’asseoir à côté de moi. Il est pris entre la colère et l’excitation. Il voit mes tétons qui pointent dans le latex, et l’excitation gagne. Il caresse mes seins, pince mes tétons par-dessus le latex… il marmonne, je n’entends pas bien quoi car sa main se pose soudain sur ma nuque. Il est peut être âgé, mais il a de la poigne ! Me tenant fermement par la nuque, il amène ma tête vers son entre-jambe. Il a déjà sorti son sexe de son pantalon, il bande à moitié. Une couronne de poils gris surmonte l’engin, d’une taille normale. Je le lèche, mais il veut commander, toujours la main sur ma nuque, il me force à le prendre en bouche, faisant aller ma tête le long de son membre, jusqu’à ce que mon nez touche ses poils, son ventre… heureusement qu’il n’est pas très long, je peux le prendre entièrement dans ma bouche ! Après quelques minutes de ce jeu, qui m’a bien fait saliver sur son engin, sa main lâche ma nuque, et vient caresser mes fesses. Il écarte le string, sa main caresse mon sillon, puis veut aller plus loin… là il est franchement étonné, il ne s’attendait pas à trouver des testicules à cet endroit ! Je ne lui laisse pas le temps de réfléchir, il est excité, il faut en profiter ! Je m’assieds quasi sur lui, positionnant mon petit anus contre son gland, attendant son assentiment… encore un peu étonné, il hausse des épaules… je prends ça pour un assentiment, et me laisse doucement descendre sur lui. Son gland passe mon anus, puis sa hampe s’enfonce en moi… je vais et vient le long de sa verge, tandis qu’il me caresse les fesses, les seins, me pince les tétons… soudain il ahane de plus en plus fort, et je le sens venir en moi. Je le laisse bien se vider en moi, puis, lorsque je ne sens plus les soubresauts de son membre, je me retire doucement, puis sors du taxi. Je le regarde, il reprend son souffle, les joues rouges,… je lui pose un bisou sur le nez et le remercie.Ensuite je m’approche de la grille. Il y a sur le côté gauche un interphone, avec une sonnette, un parlophone, une caméra. Je sonne. Personne ne répond, mais je vois la caméra qui bouge dans son petit hublot. J’attends quelques minutes, j’entends derrière moi le taxi qui s’en va. Je me demande quoi faire si jamais personne n’ouvre lorsque soudain un bruit se fait entendre devant moi, puis dans un mouvement mécanisé la grille s’ouvre. J’entre, et la grille se referme derrière moi. Je vois un homme qui s’avance izmir bayan escort vers moi. Il est grand, assez âgé, le crâne dégarni, entouré d’une couronne de cheveux blancs. Il porte des habits de majordome. Quasi comme au siècle dernier !- Je suis…- Je sais qui vous êtes, Monsieur Dimitry vous attendait. Avez-vous apporté la seule chose qu’il vous avait demandé de prendre avec vous ?Il parle comme s’il était dénué de tout sentiment, de façon tellement froide. Ce que le maître m’a demandé d’apporter ? La laisse ! Je la sors de l’imper et la montre au majordome. Il tend la main, je la lui donne. – Je vais prendre votre imper aussi, vous n’en aurez plus besoin.Je le lui donne aussi. Il le calle sous le bras, et me met le collier autour du cou. De façon très professionnelle, efficace. Je n’ai quasi rien senti. Puis il accroche la laisse au bout du collier. Et il avance dans l’allée, me tenant en laisse. Je marche derrière lui, sans rien dire. Je me sens archi dominée, et cela me rend apeurée et excitée à la fois.Au bout de l’allée, se trouve une sorte de grand manoir. Je ne vois personne, pas de voiture. L bâtisse me fait une drôle d’impression, un peu comme ces manoirs dans les films d’horreur. Le majordome monte les quelques marches du perron, puis entre dans la bâtisse, moi sur ses pas. Nous sommes dans un grand hall, avec un immense double escalier qui mène aux étages. Du marbre au sol, ainsi que pour les marches de l’escalier, surmonté d’un tapis rouge. Devant nous, là où l’escalier se sépare pour partir sur la gauche et sur la droite, un grand tableau trône sur le lambris. Un personnage y est peint, c’est le gars que j’ai vu sur la webcam, Monsieur Dimitry. Pourtant le tableau a l’air fort ancien…Le majordome m’entraîne sur la gauche. Il y a une grande double porte en bois. Il l’ouvre, et nous entrons dans une pièce assez sombre, les tentures sont tirées et la pièce qui semble grand, est uniquement éclairée de bougies. J’entends des bruits, des râles de jouissance, des cris de plaisirs. Quand mes yeux s’habituent à l’obscurité, je vois que nous sommes entourés de couples qui copulent. Hommes avec femmes, avec hommes, avec trans, femmes avec femmes, homme ou trans. Il doit bien y avoir une trentaine de personne ! C’est une orgie, mais j’ai l’impression de voir un tableau des enfers… je ne sais pourquoi. Il fait chaud, et l’air sent le stupre, le sperme et l’encens. Au fond de la pièce, il y a une sorte de trône, encadré de grands rideaux de velours rouges. Le gars que j’ai vu sur la webcam y est assis. Son peignoir luxe négligemment ouvert. Son grand sexe à demi bandé sur sa cuisse. Un calice avec du vin à la main.Le majordome avance jusqu’à lui et lui remet la laisse, puis s’en va. Monsieur Dimitry tire sur la laisse, et m’amène à lui. Je trébuche sur une marche, et me retrouve à ses pieds.- Maintenant, tu m’appartiens ! Je te promets de nombreuses heures de sexe, de plaisirs… tu seras un des joyaux de ma collection de nymphe pour amuser mes amis !Je ne dis rien… cette ambiance, ces bruits de jouissances, de pénétrations, d’orgasmes, je me sens excitée, je bande dans le string en cuir… il parle, mais mon attention n’est concentrée que sur son sexe à quelque centimètre de mon visage. Il le remarque.- Tu as déjà compris ta place, bien ! L’entraînement que tu as reçu sans t’en rendre compte a bien porté ses fruits…Il tire sur la laisse, et mon visage se rapproche de son sexe… je ne peux m’empêcher d’en avoir envie. Dès que je suis tout près, je le lèche. Je lèche son gland, sa hampe… je veux le mettre en bouche, mais il retire sur la laisse et m’éloigne de son membre tant convoité.- Pas maintenant, tu n’es pas prête !Il fait un signe, et passe ma laisse à une femme. Elle est nue et a un corps de rêve. Elle m’entraîne vers le milieu de la pièce, et m’attache à une sorte de pilone, par de petites chaines qu’elle passe dans les anneaux de mes chevilles. Puis, elle m’embrasse à pleine bouche, sa main descendant sous ma robe de cuire, et se posant sur mon membre. Nos langues se mêlent furieusement, cette pièce infuse la passion… elle s’abaisse et descend mon string, qui glisse sur mes chevilles. Je lève un pied, puis l’autre, pour qu’elle l’enlève. Puis elle commence à me lécher le gland, à avaler ma hampe dans sa bouche gourmande… elle me suce, tandis que je sens des mains me caresser les fesses…Un gland s’insinue entre mes fesses, puis s’introduit dans mon anus. Je jouis dans la bouche de la beautée, tandis que le gars qui me ramone le cul me fait m’agenouiller au sol pour pouvoir me prendre plus facilement en levrette. Une belle bite bandée se présente à ma bouche, et je la prends sans faire de manière, le suçant jusqu’à ce qu’il vienne en moi et que je me délecte de son nectar.Ainsi, toute l’après-midi je me fais caresser, bourrer, je suce et me fait sucer… des hommes, des femmes, des trans, sans plus savoir qui fait quoi à qui, c’est de la passion et de la jouissance pure…Et c’est ce que devient ma vie, une suite de plaisirs, de sodomies, de fellations, de jouissances… je suis logée et nourrie au manoir, et suis de toutes les fêtes du maître, ici ou ailleurs. Je deviens un sextoys vivant, un réceptacle à sperme, et je jouis au moins une dizaine de fois par jour. Je me donne en spectacle, je suis prêtée à des clients du maître, je suis promenée en laisse chez lui ou chez des invités, et toutes les fêtes se terminent en général en partouze ou en orgie. Je n’attends plus qu’une chose… que mon maître me choisisse, pour pouvoir goûter à son membre hors norme…EpilogueTrois jours après que Marc P. soit entré dans le manoir…Monsieur Dimitry regarda la dame, qui nerveusement triturait son sac à main. Son bureau, d’un style baroque, comme tout le manoir, l’intimidait. C’était la force de M. Dimitry, l’intimidation. Il lui avait proposé à boire, mais elle avait refusé, poliment. – Comme convenu, Monsieur, je suis venu voir si… si le travail était fait.Dimitry souriait. Ces profanes qui agissaient comme s’ils étaient des pros ! Son sourire laissait entrevoir comme des crocs. C’était un carnassier. Un vrai. Cela intimida encore plus la dame. La quarantaine, elle était encore jolie. Une dame bafouée, une de ses amies, une habituée des orgies de M. Dimitry, les avait mis en contact.- Vous m’aviez contacté pour une vengeance… sur votre mari, si c’est bien ça ?- Oui, tout à fait. Je dois avouer que j’ai été étonnée… par votre méthode. Pourquoi m’avoir fait mettre une perruque dans sa maison ?- C’est mon petit secret ça… regardez…Il tourna un des trois écrans d’ordinateur ultra fin qui garnissaient son bureau. Elle put regarder les différents films, la transformation de Marc, et comment il devint une vraie petite pute… Toutes ses rencontres s’étalaient sur l’écran, elle le voyait aller de plus en plus loin, plonger dans la décadence. Elle savait qu’il avait perdu son boulot et n’avait pas réclamé sa part de la maison. Le dernier filme le montrait se donner en spectacle, se godant avec un gros sextoys, devant un public déchaîné, puis se faire prendre en une orgie par quasi tous le public, à la chaîne, se retrouvant finalement couvert de sperme…- Quelle déchéance ! C’est ce qu’il mérite, pour m’avoir fait souffrir !L’homme sourit, de son sourire carnassier.- Pour le payement… – J’ai viré la somme convenue sur votre compte en banque, comme prévu.- Bien, alors un dernier détail. Vous n’êtes pas encore officiellement divorcés ?- C’est une question de jour, le divorce sera prononcé mardi.- Bien, alors tant que vous êtes encore sa femme, pourriez-vous me signer ceci…Il tendit un papier, que la dame signa rapidement, pour en être vite débarrassé…-Merci ! Ainsi je deviens – pour le prix du plaisir qu’il prend – propriétaire de son corps… et de son âme ! Ah ah ah ah…= The End =

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir